Vous êtes ici : Accueil > Programme scientifique > Objectifs opérationnels

Objectifs opérationnels

Le projet 2007-2010 du GDR 2657 a été l’occasion de définir de nouvelles perspectives :

1. Aborder les nouvelles questions en pleine pluridisciplinarité

Les 4 premières années de fonctionnement du GDR-CNRS 2657 ont permis d’établir des cadres méthodologiques et conceptuels communs. Même si cet aspect doit continuer à être renforcé, l’objectif à présent est moins d’instaurer l’interdisciplinarité que d’aborder des questions scientifiques dans une perspective pluridisciplinaire. Le même objet d’étude peut être aujourd’hui abordé sous des angles différents, avec des grains d’analyse différents. Le choix des disciplines se fédérant pour décrire l’une des caractéristiques de la PVE peut-être motivé par la nature même de la question scientifique (quelles disciplines pour quelle étude ?). Le GDR en est donc au stade de la maturité et représente une équipe large, montrant la plupart des expertises nécessaires à l’étude de la PVE dans des contextes scientifiques variés. Il est probable que cette situation – une fédération pluridisciplinaire de cette ampleur - soit actuellement unique au monde. Le travail intensif réalisé par les membres du GDR pendant la dernière réunion plénière conforte la pleine conscience de cette évolution du groupe et des opportunités offertes.

2. La restructuration des axes : 2 pôles fondamentaux et 1 pôle appliqué

Au regard des évolutions de recherche entre 2003 et 2006 et des synthèses dérivées de chaque axe, une restructuration des axes paraît nécessaire. Il a été ainsi envisagé de :
- mettre au centre de l’objectif scientifique du GDR la question de l’étude des « Pratiques de la PVE » et non plus seulement la question de la pluridisciplinarité sur laquelle le GDR a à présent bien avancé ;
- mieux circonscrire les dimensions (les entrées, les paradigmes) par lesquelles les pratiques de la PVE seront étudiées ; notamment : l’acquisition, l’apprentissage, la pathologie, le déficit, la comparaison, la modélisation ;
- remplacer la notion « d’axe » par celle de « pôle », plus fonctionnelle et plus à même de préserver l’unité du groupe. Il devient possible aux chercheurs de s’inscrire dans plusieurs pôles, en optant pour une majeure ou dominante. La poursuite d’opérations transversales, puisant dans deux pôles est ainsi facilitée ;
- fusionner les axes 2 et 3 autour de la question du « processus d’écriture » (incluant dynamique, contraintes, mise en œuvre en contexte) et renforcer l’axe 1 (unités, structure de la langue écrite) en intégrant les chercheurs de l’axe 2 ayant développé une étude plus unitaire de l’activité. Cela conduit à intégrer l’unité texte au sein de l’axe 1 et à renforcer les études en temps réel des unités (chronométrie mentale, par exemple) ;
- créer un nouveau pôle nommé « Innovations : formation, ingénierie et développement applicatif ». L’objectif de ce pôle est de mettre sur le même plan que les études portant sur les unités et les processus, les questions applicatives et sociétales. Ces questions, laissées en arrière-plan durant la période 2003-2006, sont abordées ici en relation étroite avec les problématiques d’amélioration des pratiques de la PVE dans la société ; qu’il s’agisse d’améliorer les dispositifs d’écriture et de rédaction ou d’améliorer les dispositifs d’apprentissage et de formation.

PNG - 88.9 ko

Pôles

3. Passage à la dimension européenne et internationale

La restructuration du GDR en trois pôles, sous-tendue par l’apparition d’un nouveau pôle « Innovations », s’inscrit pleinement dans une politique de recherche visant à augmenter la lisibilité des recherches sur le plan européen et international. Afficher des thématiques lisibles et visibles, clairement ancrées sur des questions sociétales larges (« les pratiques de l’écrit en Europe, par exemple) est un argument fort. Ce nouvel affichage du GDR nous paraît être plus propice au montage d’un COST “European Co-operation in the field of Scientific and Technical Research” (ancrage européen), puis d’une action inscrite au 7ème PCRD “Programme Cadre pour la Recherche et le Développement” ou encore travailler à la constitution d’un réseau d’excellence.
Ainis, le GDR (2003-2006) avait déjà parcouru un certain nombre d’étapes dans ce parcours :
- le GDR est membre de l’équivalent d’un COST au Canada : action incitative de mise en réseau : “rédactologie” (resp. Céline Beaudet - U. de Sherbrooke), soutenu en France par une bourse Egide de mobilité ; le Canada est un pays éligible comme partenaire à un COST Européen ; une ACI de l’Université de Poitiers a été obtenue pour aider au passage à l’Europe (2006-2007).

C’est aussi en ce sens, que le projet 2007-2010 affiche une meilleure lisibilité “macro” des questions de recherche, articulées autour de questions “sociétales” et comportant un pôle d’innovation contribuant à améliorer concrètement les pratiques de la PVE, en synergie avec les pôles « Unités » et « Processus ».

Le renouvellement du GDR, dans sa forme restructurée, a fourni au groupe toute l’assise nationale, pendant 4 ans, indispensable pour mener à bien son inscription Européenne et prendre ainsi part, au nom du CNRS, dans un COST et un réseau Canadien.

 
 

Dernière mise à jour : 7 octobre 2009

Haut de page


Flux RSSRecevez en temps réel les dernières actualités publiées sur le site en vous abonnant au flux RSS. S'abonner...

 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales